Le dimanche, c'est avant la gym que nous sommes partis en balade. Après un bon petit-déjeuner (buffet à volonté), excursion dans les environs de Clermont, à quelques kilomètres de voiture. Un peu comme à Grenoble, le relief impose de lui-même le respect des espaces naturels, et en quelques minutes la ville s'efface, au profit des sommets, des forêts et des rivières.

Nous avions pensé nous offrir un pique-nique sur le Puy de Dôme, mais la météo fraîche et nuageuse nous en a dissuadé.
Direction le sud de Clermont, jusqu'à Ceyrat. A la sortie du bourg s'ouvrent de petites gorges, creusées par l'Artière dans le plateau granitique surplombant la plaine de la Limagne. Une petite heure de marche vivifiante pour démarrer la journée ! Le site est frais, sous de grands sapins, et doit être particulièrement agréable l'été.
Pas de falaises grandioses dans cette petite vallée, mais un calme surprenant si proche de l'agglomération. Le sentier s'élève tranquillement en remontant le ruisseau, dont les eaux claires serpentent sous les hauts troncs, entre des rochers ronds et moussus. Et malgré le temps gris, de petites violettes, sur le sol des sous-bois humides, nous rappellent la saison !

GorgesCeyrat01 GorgesCeyrat02
GorgesCeyrat03 GorgesCeyrat04
GorgesCeyrat05Violettes

Nous avons ensuite repris la voiture, par Royat et La Baraque pour rejoindre le site de la Montagne Percée, près de Chamalières. Toujours avec notre vieux guide vert de 1973, nous avons un peu hésité sur la situation de l'endroit, non signalé, sur des routes qui ont changé, depuis, de numéro !
Le ciel capricieux nous a quant à lui fait une petite faveur, déversant une légère averse de grêle sur le toit de la voiture pendant le trajet, mais qui s'est arrêtée à notre arrivée à la Montagne Percée.
Du bord de la D941, un petit sentier mène en quelques minutes sur un promontoire de lave basaltique sombre, surplombant l'agglomération clermontoise. L'ambiance est sauvage, le sentier se perd en plusieurs traces serpentant entre les buissons. On circule dans le moutonnement de fleurs blanches des prunus sauvages, rehaussé de l'or en fleur des groupes de genêts.
Le taillis s'interrompt sur une falaise abrupte, et la vue s'ouvre sur la ville en contrebas. Un joli panorama. Malgré la visibilité réduite par les nuages et les brumes, on distingue les Monts du Forez en arrière plan et le début des Monts Dore. Un écrin pour Clermont, qui montre aussi ses édifices: on remarque notamment, dans la périphérie sud, le tout récent Zénith, et bien-sûr, au centre, les incontournables flèches noires de la cathédrale fixent le regard.
De belles éclaircies nous ont permis de pique-niquer avec cette vue pour décor, au pied d'un beau pin.

MontagnePerc_e01 MontagnePerc_e03
MontagnePerc_e08 MontagnePerc_e09
MontagnePerc_e06 MontagnePerc_e10
MontagnePerc_e04 MontagnePerc_e05
MontagnePerc_e02 MontagnePerc_e11
MontagnePerc_e07

Puis nous avons replongé dans la ville pour aller boire un café près de la Place des Bughes, et suivre les finales par appareil à la Maison des Sports. Derniers tours de roue à Clermont pour rejoindre la gare. Ma Maman repart vers l'Est en train, avec Seb nous retraversons la ville vers l'Ouest et l'A89.
On rêve déjà d'autres voyages...