Pour les incultes (mais non, pour les non-experts en Culture d'Olivier), le titre de mon message est aussi celui d'une chanson de Mylène Farmer)

Pour commencer cette réflexion, petite leçon de vocabulaire. Définition(S) extraite(S) du Petit Larousse 2004.

1. Graphique adj. (gr. graphikos). 1. Qui représente par des dessins, des signes écrits. L'alphabet est un système graphique. 2. Qui se rapporte aux procédés d'impression, industriels ou artistiques. 3. ALGÈBRE. Méthode graphique: méthode de résolution de certains problèmes au moyen de figures géométriques, génér. dessinées dans le plan. - Représentation graphique (d'une fonction), ou graphique, n.m.: courbe plane dont les points ont pour coordonnées, dans un repère du plan, les couples du graphe d'une fonction.
. n.m. 1. Représentation de données qualitatives ordonnées ou quantitatives par une construction utilisant les propriétés de la perception visuelle et appliquant les lois de la graphique. 2. Représentation graphique d'une fonction.

2. Graphique n.f. Système de signes utilisant les propriétés du plan pour faire apparaître les relations de différence, d'ordre ou de proportionnalité dans un ensemble de données.

Vous comprenez ? Moi oui ! Beaucoup de mots que nous employons sont du même acabit... Et Dieu créa le verbe, lol !

Bref, ma réflexion, suite à mon classement puis déclassement dans le "Pour Adultes", aborde le sexe sur internet. On le sait, il représente la majorité des connexions, et ce principalement sur le temps de travail... Point n'est besoin de démontrer quel moteur puissant est la sexualité, pour des raisons évidentes de plaisir, d'échange et de reproduction.
Par contre, cette profusion de sexe sur la Toile m'interpelle... Car moi, je préfère faire l'amour en vrai, et avec une sensibilité absente de la plupart des représentations pornographiques...
Donc, ma réflexion est: ce sexe virtuel n'est-il pas un instrument d'isolation et de frustration renforçant l'égoïsme manipulable ?
Hop, je vous envoie aussi vers une de mes lectures de l'année dernière: Le Poème Pornographe, Michael Turner.

Mais je poursuis encore un peu ma réflexion... Peut-être certains cowboys neuneus jugeraient que je tends un bâton pour me faire battre, mais non, je m'interroge: je sais, moi, que la spécificité de l'animal Homme est d'avoir un cerveau plus développé que sa cervelle...
J'aborde donc la pédophilie... Récemment, l'actualité nous a fait connaître une jeune mère de douze ans. Aucun doute, à cet âge-là, beaucoup de personnes sont en âge de procréer, donc biologiquement aptes à découvrir la sexualité. Partant de ce constat, une réflexion-question: les drames de la pédophilie ne résultent-ils pas bien plus d'un carcan culturel s'opposant à la biologie humaine que des faits en eux-mêmes ? Mais cela mériterait développement et contradiction... Je suis convaincu d'une chose: le viol est inexcusable.

Je termine par une remarque, dont le seul point commun avec les deux précédentes réflexions est de concerner un mot en "ique": à la façon d'Abd Al Malik, je suis catégorique quant à mes convictions, beaucoup plus rarement quant à mes actions...

Indépendamment de toutes mes professions... je suis un artiste bénévole. Et mon blog, je suis fier de l'exposer sur la toile, tel qu'il est... Et tel qu'il était...