Alors, ce matin, je me suis levé très tard (11h47). J'ai une excuse: je me suis couché à 4h36. J'ai fait des trucs que ça faisait longtemps que j'avais pas fait. Pauvre Seb, qui a du se lever à 9h30... Dur la vie de chef d'entreprise !!

Hier, c'est moi, finalement, qui ai rejoint Sébastien et Prince C en ville. Ils ont passé une après-midi tranquille, shopping, coiffeur pour Prince C puis un pot au BHV (Bar de l'Hôtel de Ville...pas le Bazar à outillage!), le bar gay le plus connu de Bordeaux, plein centre-ville, en face la mairie (...d'où son nom). C'était, pour Seb, une nouveauté: c'était la première fois qu'il mettait les pieds dans un bar gay (Salopard ! Depuis le temps que moi je veux lui montrer comment c'est, il y est allé sans moi...).

Par contre, il m'a appelé à la rescousse pour le soir ! Je les ai donc retrouvés vers 20h30 pour une pizzéria. Présentations avec Prince C (j'avais déjà vu des photos): Jeune Homme de 25 ans, un peu plus grand que moi. Tout en longueur et en finesse, un peu maigre, des traits de son visage à ses mains, aux ongles assez longs. De grands cheveux noirs attachés en queue de cheval, avec un côté de la tête à moitié rasé. Un piercing dans le coin droit de sa lèvre inférieure. Une barbiche noire un peu hirsute. Des yeux noirs et doux, aux pupilles un peu dilatées, par des "substances", comme il dit.
La conversation du repas n'est pas très animée: Seb et Moi ne sommes jamais de grands bavards, et j'arrive un peu comme un cheveu sur la soupe (sur la pizza, plutôt!). Mais cela n'a pas l'air de déranger Prince C , qui se révèlera assez silencieux lui aussi: nous apprécions donc tous les trois les fonctions principales de notre bouche, à savoir nous permettre de nous alimenter en goûtant les saveurs, et nous échangeons nos impressions gustatives, avec un petit verre de vin rosé aussi. Pas mal, ma pizza: du jambon fumé, du fromage, des noix, avec un filet de miel et du romarin. J'ai aussi terminé les magrets de la salade de Seb (et son verre de vin aussi !). Prince C nous apprend aussi quelques trucs sur sa famille et son village de Dordogne (qu'il n'a donc pas dit à Seb dans l'après-midi), où ses parents ont justement récemment créé une pizzéria associative dans leur bâtiment typique régional où il y a aussi trois chats. Prince C s'ennuie dans son village (il habitait à Londres avant...). Et bien: bienvenue dans la grande et vieille ville de Bordeaux! Moi, j'irais bien aider ses parents à faire du développement économique durable en milieu rural (... à réfléchir, d'ailleurs!).
Puis, le repas terminé, viennent les questions pour la suite de la soirée. On leur a donné au BHV les infos sur les établissements gays encore ouverts à Bordeaux (... le "milieu" est en pleine phase perte de vitesse et nouvelles orientations, messieurs les très jeunes, d'où des communications mensongères, surdiffusées par des médias usés, à destination de public ciblés: de la vente, quoi !...) car avec Seb, nous ne fréquentons pas le dit "milieu": on voyage ailleurs ! Du coup, aussi peu au courant que Prince C dans ce domaine de notre ville !
Moi, je l'ai fréquenté le "milieu", dans mes années 18/20 ans lyonnaises: la période la plus obscure de ma vie, remplie d'erreurs et de déceptions. Mais ce soir, je n'ai vraiment rien contre une sortie, depuis le temps que ça ne nous est pas arrivés, avec Seb Chef d'Entreprise et Olivier pas d'Amis !
On se décide pour le Blush, un club gay-friendly (comme on le remarquera, comprenez: 80% gays, 2% lesbiennes, 18% hétéros, et triple-merde à ces trois mots !! -J'ai bien aimé, dans le magazine PREF (en 2004, quand il s'appelait encore Préférences), un édito sur les sexuels polymorphes, pas très beau non plus comme mot, mais beaucoup moins aliénant, et plus vrai me concernant).
En attendant l'heure, on revient se poser dans notre petit chez nous.

Fond musical, Moi et Prince C dans le futon, face à Seb sur sa chaise. Prince C obtient, comme tous les invités, l'autorisation de fumer à l'intérieur (moi, je dois me mettre à la fenêtre, mais ça me va, ça pue le tabac froid). "Enfin... FUMER ?" précise Prince C (Ah non, ça c'est interdit ! mdr!!!).
On reste donc deux grosses heures assis là en fumant trois joints à nous deux (pas pour Seb, mon Candide), c'est bien plus agréable que mes surdoses solitaires...

La conversation est un peu plus animée qu'au restau, mais les discussions ont du mal à durer: pour imager, c'est presque à chaque réponse que Seb et Moi sortons notre yaourt Mamie Nova !! Mais j'exagère, c'était quand même plus sympa. J'en ai d'abord appris un peu plus sur Prince C , RMIste comme moi, et qui voudrait reprendre des études de cinéma, après son expérience londonienne dans l'économie de la nuit. Mais trop cher, et lui visiblement un peu trop cassé en ce moment, après une rupture amoureuse...

Puis quelques mots de culture "pouêt-pouêt" qu'il voudrait partager: "Vous connaissez tel artiste qui a exposé à telle galerie? NON! Vous connaissez tel film de tel réalisateur qui parle de tel sujet ? NON! Vous connaissez telle musique électro-machintruc de bidule ? NON!" Désolé, Prince C , nous sommes définitivement "hors-milieu", s'il faut parler ainsi... On se retrouve un peu sur la littérature avec Amélie (il faut que j'avance Mercure dans ma liste de lecture), Tolkien et King.
On lui fait part de nos centres d'intérêts à nous: "Vous connaissez la forêt des landes ?! Oui, elle déborde en Gironde. Vous connaissez Lyon ?! Oui, je suis grenoblois. Les paysagistes c'est pas que ceux qui font des jardins chez les gens ?! Non, c'est aussi l'insertion d'autoroutes ou de TGV, des prévisions de dynamisation des territoires par le développement d'activités liées à la nature, des planifications pour améliorer le cadre de vie urbain. Tu as vu des schizophrènes avec des vrais dédoublements de la personnalité ?! Oui, mais ce n'est pas exactement tout à fait ce que l'on croit...
Le tout sur fond des blagues bonnasses de Seb !

Bref... Une fois les fossés culturels constatés, on aurait pu véritablement commencer à échanger, parce qu'il a l'air sympa, le Prince C .
Mais c'est le départ en boîte: direction les bassins à flots, au nord de Bordeaux. Le Blush se trouve dans un ancien hangar réaménagé, le H36. On arrive là-bas un peu avant une heure: pas grand monde. C'est comme ça, les citadins: on commence pas à s'amuser avant deux heures...
Le son est un peu fort pour continuer à discuter, mais on y arrive quand même, en sirotant deux coupes de champagne. Même le jeune patron vient nous saluer (...on n'aurait pas des têtes de nouveaux venus, par hasard?).
Puis le monde arrive. On se rapproche de la piste de danse, et petit à petit on se lance. Avec Seb, on est peut-être un peu bêtes...: on se comporte comme un couple de bientôt sept ans... Rien à faire des regards des autres, on bouge comme on aime, on se fait nos petits dialogues à l'oreille. Du coup, Prince C , il est parti un peu se ballader ! Mais il a bien fait, à mon avis: je l'ai vu discuter avec plusieurs personnes et il a réussi à avoir l'adresse d'une jeune photographe, ça peut être intéressant pour son domaine professionnel. Et il revenait de temps en temps danser avec nous.
On a passé une bonne soirée. Je n'ai pas vraiment remarqué qu'il y avait un DJ, vu le peu de variations dans la musique, mais à part ça l'ambiance était sympa. Pas bondé, et seulement une ou deux petites stars du dancefloor. Est-ce le "gay-friendly" plutôt que le "tout et que gay" ? ça ressemblait moins à la chasse à l'homme que ce que j'ai vu dans ma "jeunesse". Bien-sûr, il y a toujours quelques oeillades, ici on sait qu'on peut, et avec Seb on ne s'est pas privés, mais c'était plutôt du genre "t'es beau" que "je te veux". Des regards sympas, une ambiance conviviale. Plusieurs couples. Tous les âges (même un gentil gnome de 19 ans qui a laissé entendre à Seb, qui s'est un peu assis sur la fin, que la fatigue était sans doute due à l'âge, lol ! Super technique de drague...). Des gens vraiment venus là pour danser et s'amuser. Ouais, bonne soirée. Une première fois pour Seb qui n'était jamais allé en boîte gay, et à moi ça m'a fait du bien de danser. Et peut-être même que vous pourrez voir bientôt (quand la soirée du 13 janvier au Blush sera en ligne) les trois tronches d'Olivier, Seb et Prince C en cliquant ici, puisqu'on s'est fait tirer le portrait !

Puis on est parti un peu avant quatre heures. Un peu vannés: faut dire qu'on l'avait pas vraiment prévue, cette soirée en boîte.
On a raccompagné Prince C à son hôtel. L'équipée était en 106, cette fois-ci, avec Seb au volant.
Et, en sortant de la voiture, petit flottement... Les au-revoirs ne sortent pas spontanément... Prince C voudrait-il qu'on le suive à son hôtel ? C'est que nous n'avons jamais fait de telles folies avec Seb, et crevés, en plus...
C'est finalement Prince C qui brise le silence, en nous souhaitant une bonne nuit. Il nous fait la bise, derniers mots courtois, et peut-être à une prochaine fois. Je lui aurais bien roulé une pelle, moi, quand même !
Et oui, j'espère qu'il y aura une prochaine fois. Pas forcément pour monter à l'hôtel, mais pour continuer à se découvrir, car si la soirée n'était pas à proprement parler extraordinaire, on a passé de bons moments, et les différences de nos univers font qu'on aura sûrement quelquechose à s'apporter (...genre le yaourt Mamie Nova faut en manger mais pas tout le temps quand même...). Voilà. Et je l'inclue dorénavant dans ma liste MSN (Mercury !). Ce qui ne veut pas dire que je m'y connecterai plus souvent...!!

Sinon, aujourd'hui, journée plutôt repos. Pas de nouvelles clermontoises, malgré un message téléphonique de Seb. Ce qui, avec Prince M, n'est pas forcément signe de bonnes nouvelles... Mais n'anticipons pas. Par contre, je vous révèle la nature de l'orage au dessus de sa tête, qui a du éclater ou passer hier: c'est un test de dépistage du sida...